Articles avec #noblesse autrichienne tag

Publié le 29 Janvier 2016

L'Empereur Ferdinand Ier, auquel François-Joseph succéda, n'a pas fait l'objet d'une production littéraire abondante. C'est à ce personnage oublié que Jean-Luc Dousset consacre aujourd'hui une biographie.

 

 

 

 

Parution du livre "Ferdinand le débile" en février 2016

texte du 4e de couverture :

Vienne, 1793, le palais de la Hofburg, la naissance de l'héritier de l'empire austro-hongrois.

En principe... du successeur de son père l'empereur François 1er.

Mais Ferdinand a de l'eau dans la tête, il est rachitique, il souffre d'épilepsie, il est un peu attardé...

La consanguinité l'a accablé de tant de tares !

Survivra-t-il suffisamment de temps pour accéder au trône de la famille des Habsbourg-Lorraine.

Monter ou descendre un escalier, se servir d'une carafe, signer de son nom... Autant d'épreuves !

Durant des mois, sa laideur doit rivaliser avec la beauté de l'Aiglon qui vit au Palais de Vienne, à Schönbrunn...Encore une épreuve pour lui, si disgracieux.

Son père Sa Majesté François hésite.

Lui succédera-t-il ?

Un temps il lui préfère son fils cadet François-Charles.

Un temps, il s'en tient au principe de légitimité, ce sera son fils ainé Ferdinand...

Le Prince de Metternich veut sa marionnette !

Avec Ferdinand, il la tient...

Il le forme, le modèle, le marie à la princesse Marie-Anne de Savoie. Nuit de noces mouvementée !

Ferdinand s'intéresse peu aux choses de la politique et à l'art militaire. Ses seules passions : la botanique, le jardinage, les sciences...

On le prend pour un débile !

Le peuple l'aime. Il le surnomme Ferdinand le Bon.

Le peuple le méprise. Il l'appelle du sobriquet de Ferdinand le Fini...

La période est troublée. Le puzzle de l'empire austro-hongrois menace de se disloquer. La sœur de son frère, l'archiduchesse Sophie avide de pouvoir manœuvre pour que la couronne des Habsbourg revienne à son fils François-Joseph qui va épouser celle qui va devenir l'impératrice Sissi !

On prépare son abdication...

Ferdinand, un incapable ? Il est un homme de progrès !

Couronnement de Ferdinand Ier à Prague en 1836

Couronnement de Ferdinand Ier à Prague en 1836

Ferdinand en 1870

Ferdinand en 1870

Publié le 14 Avril 2015

Parmi les grandes familles qui ont servi la monarchie austro-hongroise, on compte les chevaliers de Lauda.

Né en 1859, Ernst, ingénieur, fut d’abord chargé de la construction de ponts sur des grands axes de communication tels que le Danube ou la Vltava (le plus long fleuve tchèque). Il devint responsable des constructions fluviales au ministère des travaux publics, président suppléant de la Commission de la régulation du Danube. Son travail permit de mettre fin aux inondations catastrophiques du Danube qui touchaient l’Autriche presque chaque année. Il devint conseiller de l’Empereur François-Joseph et, en remerciement, celui-ci anoblit Ernst (et ses descendants) le 28 mai 1916. Ernst Lauda devint alors Ernst Ritter von Lauda.

 

 

 

Armoiries de la famille des chevaliers de Lauda

Armoiries de la famille des chevaliers de Lauda

En 1919, une loi (toujours en vigueur aujourd’hui) abolissait la noblesse et interdisait aux citoyens autrichiens le port de titre et de particule. Cependant, les familles ainsi touchées conservèrent leur position sociale. Ce fut le cas des Lauda, qui continuèrent à jouer un rôle important dans le domaine de la politique, de la médecine et de l’économie.

Paradoxalement, le représentant de la famille qui fit connaître son nom dans le monde entier n’a pas choisi ces chemins traditionnels des fils de la noblesse autrichienne. Il s’agit d’Andreas Nikolaus, arrière-petit-fils d'Ernst, plus connu sous le nom de Niki….

Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.

Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.

L'Autriche vous intéresse ? Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairie ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié dans #Noblesse autrichienne