Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sissi

Sissi : une promenade à Hallstatt, 19 août 1853

Publié le par Sophie Manno de Noto

Lors de leur séjour romantique à Bad Ischl en 1853, les fiancés firent une promenade à Hallstatt. Ce superbe village, niché entre lac et montagnes offre un panorama extraordinaire. A l'époque des fiançailles de Sissi et Françoix-Joseph, la route qui y mène n'était pas encore construite. Après une messe et la bénédiction de leurs fiançailles, ils prirent  le bateau, et déjeunèrent au bord du lac.  

L'archiduchesse Sophie raconte dans une lettre à sa soeur qu'à leur arrivée, l'évêque de inz se trouvait là par hasard pour une confirmation; Elle lui apprit alors l'heureuse nouvelle.

Aujourd'hui encore, le souvenir de cet événement est vif à Hallstatt. Lundi, nous découvrirons le mémorial dressé en souvenir de cet événement.

 

Extrait du livre " Sissi et François-Joseph, mariage à la Cour d'Autriche". Paru le 25 juin 2014

Dessin du restaurant où Franz et Sissi déjeunèrent le jour de leurs fiançailles

Dessin du restaurant où Franz et Sissi déjeunèrent le jour de leurs fiançailles

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairie ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi et le palais disparu

Publié le par Sophie Manno de Noto

Le palais dit "du Duc Max", Ludwigstrasse à Munich

 

 

 

Le 24 décembre 1837, naissait Elisabeth en Bavière, seconde fille et quatrième enfant du Duc Max en Bavière, et de son épouse la Princesse Ludovica. La naissance a lieu dans la résidence d'hover des ducs en bavière, un très beau palais situé Ludwigstrasse à Munich. De ce bâtiment, il ne reste rien aujourd'hui. En 1937, Hitler le fit détruire, et un bâtiment de la Bundesbank le remplace aujourd'hui.

Palais du Duc Max, photothèque de Munich

Palais du Duc Max, photothèque de Munich

Ce palais, bâti d'après les plan de l'architecte Leo von Klenze était considéré comme son oeuvre la plus réussie. Le père de Sissi le fit construire à partir de 1828. Bâti sur trois étages, il comprenait de nombreux salons, une chapelle et même un manège de cirque.

reconstitution de l'intérieur du Palais. Salle des cariatides.

reconstitution de l'intérieur du Palais. Salle des cariatides.

Aujourd'hui, une plaque en perpétue le souvenir. Dans les sous-sols de la banque, des archives concernant le palais sont consultables sur rendez-vous.

Plaque apposé sur le mur du 13, Ludwigstrasse : "ici, naquit "Sissy" impératrice d'Autriche et Reine de Hongrie, le 24 décembre 1837

Plaque apposé sur le mur du 13, Ludwigstrasse : "ici, naquit "Sissy" impératrice d'Autriche et Reine de Hongrie, le 24 décembre 1837

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi, un portrait mystérieux

Publié le par Sophie Manno de Noto

 

 

On ne sait rien de l'auteur de ce joli portrait de la future impératrice Elisabeth. Qui en est l'auteur ? La jeune princesse a-t-elle posé pour l'artiste ou bien est-ce une oeuvre née de l'imagination d'un peintre ? Cette dernière hypothèse est probable, car on reconnait des éléments empruntés à d'autres portraits : Löcherer pour la coiffure, et Dürck pour la robe à volant. Dans ses mains, Elisabeth porte une miniature de l'Empereur, symbolisant son état de fiancée.

Ce portrait a été vendu par la maison de ventes aux enchères Dorotheum, et se trouve désormais dans une collection privée.

Portrait d'Elisabeth, 1853

Portrait d'Elisabeth, 1853

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi, Les portraits, ou l'art de la retouche (dernière partie)

Publié le par Sophie Manno de Noto

Les portraits, ou l'art de la retouche (dernière partie)

 

 

A l'époque des fiançailles impériales en 1853, la retouche photographique n'était pas encore née, mais les portraitistes n'en possédaient pas moins de nombreuses cordes à leur arc pour embellir leurs modèles.

 

En 1852, la jeune Elisabeth en Bavière avait posé pour Alois Löcherer. La princesse n'y apparait pas à son avantage : sa mine boudeuse semble exprimer tout l'ennui que cette séance de pose lui procure.

Elisabeth en Bavière photographiée en 1852 par Aloïs Löcherer

Elisabeth en Bavière photographiée en 1852 par Aloïs Löcherer

A l'époque, pour diffuser une photographie, on a recours à un procédé de gravure nommé lithographie. Löcherer va pleinement l'exploiter, en embellissant son modèle : le visage aminci, les yeux sont plus vifs et surtout, la lippe boudeuse a été transformée en un sourire doux et retenu, comme il sied à une future impératrice. Même la position des mains a été modifiée, et une rose s'est glissée entre les doigts d'Elisabeth.

 

Le résultat est surprenant, d'autant plus que Löcherer a nimbé la future impératrice d'une sorte de halo. Malgré les efforts de l'artiste, l'Empereur n'apprécia guère ce portrait ; cependant, il ne demanda pas, comme il l'avait fait pour Edouard Kaisier, de modifications et accepta sa diffusion sur tout le territoire de l'Empire.

Deuxième étape de la retouche

Deuxième étape de la retouche

Portrait définitif

Portrait définitif

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi : Les portraits, ou l'art du recyclage (suite)

Publié le par Sophie Manno de Noto

Les portraits, ou l'art du recyclage (suite)

 

De toute la production iconographique, réelle ou copiée qui fut produite en abondance au moment des fiançailles de François-Joseph avec Elisabeth, un seul dessin trouva grâce aux yeux de l'Empereur.

Elisabeth en Bavière, portrait par Frederick Dürck

Elisabeth en Bavière, portrait par Frederick Dürck

Il s'agit d'un portrait peint par Frederick Dürck. Celui-ci fut si fier de l'approbation impériale qu'il offrit son oeuvre à l'Empereur, et fit porter la mention sur les copies exposées "original en possession de SM l'Empereur d'Autriche". Le portrait plut, non seulement à François-Joseph, mais également à l'ensemble de la famille impériale. Mis à part le visage qui fut jugé un peu trop jaune, ce portrait fit l'unanimité.

 

A découvrir dans notre prochain article : les étapes de la retouche d'une photo de Sissi : l'art de la trnasformation, 150 ans avant Photoshop !

 

EXTRAIT DU LIVRE "SISSI, MARIAGE A LA COUR d'AUTRICHE".

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi, les portraits, ou l'art du recyclage

Publié le par Sophie Manno de Noto

 

 

Lors des fiançailles de François-Joseph et Elisabeth, des peintres se mirent à l'oeuvre dans tout l'Empire, et au-delà, pour représenter la future impératrice, et porter dans tous les foyers l'image de la fiancée impériale. Nous avons évoqué dans un précédent article les déboires d'Edouard Kaiser, obligé par François-Joseph à revoir sa copie. Et pourtant, le portrait refusé a inspiré d'autres artistes : chacun voulant représenter l'Impératrice, sans l'avoir pour modèle, il ne restait plus comme solution que de reprendre des portraits existants et de les modifier. Les représentations de l'Impératrice que nous possédons sonr donc toutes sujettes à caution, car pour la plupart d'entre eux, non conformes à la réalité historique (à suivre).

 

 

 

à gauche : portrait de kaiser.Au milieu, artiste inconnu. A droite , portrait peint par Kohler. La posture de la fiancée est identique. Au cou de Sissi, le lacet symbolisant son orignine bavaroise. Dans sa main pendante, un mouchoir, une couronne de fiancée ou…rien du tout.
à gauche : portrait de kaiser.Au milieu, artiste inconnu. A droite , portrait peint par Kohler. La posture de la fiancée est identique. Au cou de Sissi, le lacet symbolisant son orignine bavaroise. Dans sa main pendante, un mouchoir, une couronne de fiancée ou…rien du tout.
à gauche : portrait de kaiser.Au milieu, artiste inconnu. A droite , portrait peint par Kohler. La posture de la fiancée est identique. Au cou de Sissi, le lacet symbolisant son orignine bavaroise. Dans sa main pendante, un mouchoir, une couronne de fiancée ou…rien du tout.

à gauche : portrait de kaiser.Au milieu, artiste inconnu. A droite , portrait peint par Kohler. La posture de la fiancée est identique. Au cou de Sissi, le lacet symbolisant son orignine bavaroise. Dans sa main pendante, un mouchoir, une couronne de fiancée ou…rien du tout.

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Sissi, histoire d'un portrait

Publié le par Sophie Manno de Noto

 

 

A l'été 1853, le peintre Eduard Kaiser se rendit à Possenhofen pour dessiner un portrait d'Elisabeth en Bavière, fiancée de sa Majesté l'Empereur d'Autriche. François-Joseph, très amoureux de Sissi et grand admirateur de sa beauté était particulièrement exigeant en ce qui concernait le résultat des travaux des peintres. En clair, il n'était jamais content car aucun artiste ne rendait justice à la beauté de sa fiancée. En voyant la première version du portrait, on peut se dire que François-Joseph n'avait pas entièrement tort !

 

 

 

première version du portrait d'Edouard Kaiser

première version du portrait d'Edouard Kaiser

L'Empereur fut si mécontent qu'il décida d'interdire la diffusion du portrait sur le territoire autrichien. Kaiser décida alors de revoir sa copie, et produisit une deuxième version de son oeuvre. Elle montre Elisabeth au nord du lac de Starnberg, un grand chapeau à la main et une couronne de fleurs dans l'autre, pour symboliser son état de future mariée. Cette version corrigée fut jugée acceptable et put être diffusée dans l'Empire.

Portrait d'Elisabeth à Possenhofen, 1853

Portrait d'Elisabeth à Possenhofen, 1853

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairies ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Elisabeth d'Autriche vue à travers les timbres (8e et dernière partie)

Publié le par Sophie Manno de Noto

Pour clore cette série sur Sissi vue à travers la philatélie, la pièce la plus rare de la collection : un entier postal timbré sur commande de 1898 émis par l'empire allemand pour rendre hommage à Elisabeth à l'occasion de son assassinat.

Au dos de cet entier, un timbre imprimé au tarif intérieur allemand. Sur le recto, à côté du portrait d'Elisabeth, une citation de l'Empereur, daté du 10 septembre 1898, jour du décès de l'Impératrice. Effondré par ce nouveau coup du sort et toujours très amoureux de sa femme malgré leurs différents, François-Joseph déclara : " Je ne comprends pas comment il est possible de faire du mal à une femme qui toute sa vie durant, n'a fait que le bien". 

 

Entier postal timbré sur commande allemand, 1898

Entier postal timbré sur commande allemand, 1898

Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairie ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Voir les commentaires

Elisabeth d'Autriche vue à travers les timbres (partie 7)

Publié le par Sophie Manno de Noto

6) timbres du monde

 

Tous les ans, une série dite "Europa" est émise par la plupart des pays européens, sur un thème imposé. En 1996, la Hongrie a choisi Sissi pour illustrer le thème "femmes européennes célèbres".

"Reine Elisabeth" proclame ce timbre hongrois

"Reine Elisabeth" proclame ce timbre hongrois

En 2003, l'Autrichie rendit hommage à la comédie musicale Elisabeth, consacrée à la vie de 'impératrice. Ce spectacle obtint un tel succès qu'une tournée fut organisée.

Feuillet de la poste autrichienne, représentant le timbre, ses caractéristiques techniques et son specimen. Le specimen est envoyé aux publications philatéliques pour annoncer l'émission.

Feuillet de la poste autrichienne, représentant le timbre, ses caractéristiques techniques et son specimen. Le specimen est envoyé aux publications philatéliques pour annoncer l'émission.

L'inoubliable Romy, qui incarna Sissi avec talent, fut timbrifiée de nombreuses fois. En bas à gauche de ce bloc émis par la Guinée, une scène du film "Sissi" (à suivre…)

 

Bloc commémorant le 30e anniversaire de la disparition de Romy Schneider

Bloc commémorant le 30e anniversaire de la disparition de Romy Schneider

Voir les commentaires

Elisabeth d'Autriche vue à travers les timbres (partie 6)

Publié le par Sophie Manno de Noto

5) Le livret photo émis par la poste autrichienne

 

Les timbres représentent, de gauche à droite : un portrait d'Elisabeth par Carl Höflmayr (Kunshistorisches Museum de Vienne) ; au milieu, le célèbre portrait de Winterhalter la représentant avec les cheveux défaits (1864) et à droite, une huile sur toile de 1858 peinte par Josef Horaczek.

Couverture du livret, avec le feuillet de 3 timbres

Couverture du livret, avec le feuillet de 3 timbres

Vue de la première page

Vue de la première page

Le texte est intitulé "Elisabeth, l'impératrice malheureuse". Le développement suit une trame classique, en commençant par "le magnifique mariage" et en concluant par "mélancolie et mal-être". De magnifquifiques photos complètent le texte (à suivre...).

Elisabeth d'Autriche vue à travers les timbres (partie 6)
Elisabeth d'Autriche vue à travers les timbres (partie 6)
Dos du livret

Dos du livret

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>