Publié le 29 Janvier 2016

L'Empereur Ferdinand Ier, auquel François-Joseph succéda, n'a pas fait l'objet d'une production littéraire abondante. C'est à ce personnage oublié que Jean-Luc Dousset consacre aujourd'hui une biographie.

 

 

 

 

Parution du livre "Ferdinand le débile" en février 2016

texte du 4e de couverture :

Vienne, 1793, le palais de la Hofburg, la naissance de l'héritier de l'empire austro-hongrois.

En principe... du successeur de son père l'empereur François 1er.

Mais Ferdinand a de l'eau dans la tête, il est rachitique, il souffre d'épilepsie, il est un peu attardé...

La consanguinité l'a accablé de tant de tares !

Survivra-t-il suffisamment de temps pour accéder au trône de la famille des Habsbourg-Lorraine.

Monter ou descendre un escalier, se servir d'une carafe, signer de son nom... Autant d'épreuves !

Durant des mois, sa laideur doit rivaliser avec la beauté de l'Aiglon qui vit au Palais de Vienne, à Schönbrunn...Encore une épreuve pour lui, si disgracieux.

Son père Sa Majesté François hésite.

Lui succédera-t-il ?

Un temps il lui préfère son fils cadet François-Charles.

Un temps, il s'en tient au principe de légitimité, ce sera son fils ainé Ferdinand...

Le Prince de Metternich veut sa marionnette !

Avec Ferdinand, il la tient...

Il le forme, le modèle, le marie à la princesse Marie-Anne de Savoie. Nuit de noces mouvementée !

Ferdinand s'intéresse peu aux choses de la politique et à l'art militaire. Ses seules passions : la botanique, le jardinage, les sciences...

On le prend pour un débile !

Le peuple l'aime. Il le surnomme Ferdinand le Bon.

Le peuple le méprise. Il l'appelle du sobriquet de Ferdinand le Fini...

La période est troublée. Le puzzle de l'empire austro-hongrois menace de se disloquer. La sœur de son frère, l'archiduchesse Sophie avide de pouvoir manœuvre pour que la couronne des Habsbourg revienne à son fils François-Joseph qui va épouser celle qui va devenir l'impératrice Sissi !

On prépare son abdication...

Ferdinand, un incapable ? Il est un homme de progrès !

Couronnement de Ferdinand Ier à Prague en 1836

Couronnement de Ferdinand Ier à Prague en 1836

Ferdinand en 1870

Ferdinand en 1870

Publié le 4 Janvier 2016

La bande annonce de l'exposition "François-Joseph 2016""

https://www.youtube.com/watch?v=dByMcLZhAwE

L'exposition évènement de 2016

Publié le 4 Janvier 2016

2016 :100e anniversaire de la disparition de François-Joseph

A cette occasion, Vienne accueille la plus grande exposition jamais organisée sur l'Empereur.

Répartie sur 4 lieux différents (Schönbrunn, au Hofmobilien depot, à la Wagenburg et au château de Niederweiden.), elle se décline en 4 thèmes :

L'homme et le monarque,

Majesté et modestie,

Fêtes et vie de tous les jours,

Chasse et loisirs

Plus de 700 objets retraceront la vie de l'Empereur, monarque, chasseur, chef de guerre, époux, homme d'Etat.

Elle commence le 16 mars, et se termine le 27 novembre

François-Joseph représenté en Roi de coeur

François-Joseph représenté en Roi de coeur

2016 :100e anniversaire de la disparition de François-Joseph

Publié le 11 Août 2015

Quand François Joseph mourut en 1916, son patrimoine privé fut divisé entre ses enfants. C’est ainsi que plusieurs tableaux et objets quittèrent les palais impériaux, et furent dès lors conservés dans les collections privées de la famille impériale. En 2014, le Musée se porta acquéreur lors d’une vente aux enchères de 6 tableaux, 2 aquarelles et une photo. Ces images du passé nous permettent de pénétrer dans l’intimité de la famille impériale. L’impératrice Elisabeth y est représentée une fois à cheval, l’autre fois en compagnie d’un dogue. L’ensemble comprend également un portrait de l’Empereur à cheval daté de 1856, et une photo en uniforme hongrois. L’Archiduchesse Sophie quant à elle est représentée à l’âge de 44ans, puis peu de temps avant sa mort. La pièce la plus émouvante est sans doute le portrait de Sophie, fille de Sissi et François-Joseph âgée de deux ans, sur son lit de mort. Enfin, un portrait de Rodolphe peint en janvier 1889, soit quelques jours avant le drame de Mayerling, et un portrait d’Edwige d’Autriche Toscane, petite-fille d’Eilsabeth, complètent l’ensemble.

Exposition temporaire “l’héritage d’un Empereur” au Musée Sissi de la Hofburg
Exposition temporaire “l’héritage d’un Empereur” au Musée Sissi de la Hofburg
Sophie, fille de François-Joseph et Sissi, décédée à l'âge de deux ans

Sophie, fille de François-Joseph et Sissi, décédée à l'âge de deux ans

A l'occasion de cette exposition, plusieurs conférences sont organisées à la Hofbourg :

11.09.2015

„L'impératrice Elisabeth avec son chien et à cheval

09.10.2015

„L'Archiduchesse Sophie : l'impératrice secrète

13.11.2015

L'Archiduc Rodolphe : dernier portrait

Publié le 11 Août 2015

Depuis décembre 2007, la robe de baptême de Sissi était exposée au Musée. Ce très beau vêtement en soie est trop fragile pour rester à la lumière. Il va donc être retiré pour une période de « repos » et rejoindra le dépôt du Musée. Il sera remplacé par la boîte à aquarelles de l’impétarice, ainsi que par une boîte de jeux. Elisabeth a beaucoup peint et joué au cours de sa vie. Elle appréciait les jeux de cartes et les jeux de société. Ces boîtes portatives la suivirent pendant ses longues périgrinations.

Boite de jeux de Sissi

Boite de jeux de Sissi

Boîte à auqarelle de l'impératrice, et dessins exécutés de sa main

Boîte à auqarelle de l'impératrice, et dessins exécutés de sa main

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié dans #Sissi : histoire

Publié le 11 Août 2015

Lors d’une vente aux enchères qui s’est déroulée au Dorotheum de Vienne le 7 mai dernier, le Musée Sissi de la Hofburg s’est porté acquéreur d’une père de bottines en soie ayant appartenu à Sissi, de l’original de son certificat de décès et d’une figurine en porcelaine la représentant en compagnie de l’Empereur . Pour obtenir ces 3 objets, le musée a dépensé la somme de 93250 EUR. La paire de chaussures atteignant à elle seule la somme de 75 000 EUR.

Trois nouveaux trésors rejoignent le musée Sissi
Trois nouveaux trésors rejoignent le musée Sissi
Trois nouveaux trésors rejoignent le musée Sissi

Olivia Lichtscheidl, curatrice du musée, est ravie. « Ces trois objets représentent des acquisitions majeures. Une lettre du 27 avril 1899 confirme que l’Impératrice Elisabeth a porté ces bottines lacées en soie. Quant à l’original du certificat de décès, il se substituera à la copie que le musée exposait jusqu’à maintenant. Enfin, la figurine en porcelaine représentant le couple impérial avec leur nouveau né fait partie d’une série de 4, dont 3 figuraient déjà dans nos collections ».

Après les restaurations qui s’imposent, ces objets viendront enricher les collections que le public peut découvrir au Musée Sissi de la Hofburg.

 

 

Christian Kaufmann, chef du département des peintures et objets anciens du Dorotheum remet les 3 objets à Olivia Lichtscheidl et Michael Wohlfart

Christian Kaufmann, chef du département des peintures et objets anciens du Dorotheum remet les 3 objets à Olivia Lichtscheidl et Michael Wohlfart

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié le 11 Mai 2015

 

 

En juillet 1998, en pleine saison touristique, l’étoile de diamants qui ornait la chevelure de l’impératrice Elisbaeth disparait de Schönbrünn, où elle était exposée.

On a volé l'étoile de Sissi

Malgré un système d’alarme sophistiqué et une vitre sécurisée, les voleurs ont réussi à dévisser le verre et à remplacer le bijou par une copie, achetée dans la boutique du musée. Il faudra plusieurs semaines pour que les autorités autrichiennes s’aperçoivent de la substitution. C’est cette histoire incroyable, et pourtant vraie, que raconte l’ouvrage de la journaliste Jennifer Bowers Banney "Stealing Sisi's Star: How a Master Thief Nearly Got Away With Austria's Most Famous Jewel" qui paraitra en aout prochain.

 

L'étoile de diamants de Sissi

L'étoile de diamants de Sissi

L’audace de ce cambriolage stupéfia l’administration du Palais, qui ne parvient pas à comprendre comment le ou les malfaiteurs avai(en)t pu procéder.

En 2007, la police canadienne arrêta le cambrioleur Gerald Daniel Blanchard, dit Danny. Celui-ci les conduisit dans la maison de sa grand-mère à Winnipeg, où le bijou était caché. Il expliqua à la police qu’il avait neutralisé le système d’alarme, puis qu’il s’était aidé d’un parachute pour pénétrer la nuit dans le château, afin d’opérer la substitution. En 2009, l’étoile fut rendue à l’Autriche.

 

Danny Blanchard fut arrêté par la police canadienne au terme d'une traque qui dura 3 ans.

Danny Blanchard fut arrêté par la police canadienne au terme d'une traque qui dura 3 ans.

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié le 18 Avril 2015

Du 10 avril au 27 septembre 2015, le Palais de Het Loo, qui fut résidence royale avant d’être transformé en musée (photo), accueille une exposition consacrée à Sissi.

Le Palais de Het Loo est situé à Apferldoorn aux Pays-Bas

Le Palais de Het Loo est situé à Apferldoorn aux Pays-Bas

Intitulée « Sprookje & werkelijkheid » (mythe et réalité), elle présente de nombreux objets ayant appartenu à l’impératrice.

Le mythe y est évoqué grâce à l’inoubliable trilogie qui fit découvrir un monde l’histoire romancée de Sissi.

Cette exposition est la première de cette importante consacrée à la souveraine organisée hors d’Autriche. Et à cette occasion, la première biographie de l’impératrice en langue néerlandaise a été publiée. Reprenant le titre de l’exposition, elle est l’œuvre de Katrin Unterreiner, auteur de nombreux livres sur les Habsbourg et sur Sissi. L’ouvrage est disponible à la boutique du Palais.

Affiche de l'exposition

Affiche de l'exposition

Inauguration de l'exposition par la Princese Margriet des Pays-Bas et l'Archiduc Michael Salvator, arrière -petit fils de Sissi (descendant de Marie-Valérie)

Inauguration de l'exposition par la Princese Margriet des Pays-Bas et l'Archiduc Michael Salvator, arrière -petit fils de Sissi (descendant de Marie-Valérie)

Petit aperçu de l'exposition et couverture du livre édité pour cette occasion.Petit aperçu de l'exposition et couverture du livre édité pour cette occasion.

Petit aperçu de l'exposition et couverture du livre édité pour cette occasion.

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié dans #Sissi :événements

Publié le 14 Avril 2015

Parmi les grandes familles qui ont servi la monarchie austro-hongroise, on compte les chevaliers de Lauda.

Né en 1859, Ernst, ingénieur, fut d’abord chargé de la construction de ponts sur des grands axes de communication tels que le Danube ou la Vltava (le plus long fleuve tchèque). Il devint responsable des constructions fluviales au ministère des travaux publics, président suppléant de la Commission de la régulation du Danube. Son travail permit de mettre fin aux inondations catastrophiques du Danube qui touchaient l’Autriche presque chaque année. Il devint conseiller de l’Empereur François-Joseph et, en remerciement, celui-ci anoblit Ernst (et ses descendants) le 28 mai 1916. Ernst Lauda devint alors Ernst Ritter von Lauda.

 

 

 

Armoiries de la famille des chevaliers de Lauda

Armoiries de la famille des chevaliers de Lauda

En 1919, une loi (toujours en vigueur aujourd’hui) abolissait la noblesse et interdisait aux citoyens autrichiens le port de titre et de particule. Cependant, les familles ainsi touchées conservèrent leur position sociale. Ce fut le cas des Lauda, qui continuèrent à jouer un rôle important dans le domaine de la politique, de la médecine et de l’économie.

Paradoxalement, le représentant de la famille qui fit connaître son nom dans le monde entier n’a pas choisi ces chemins traditionnels des fils de la noblesse autrichienne. Il s’agit d’Andreas Nikolaus, arrière-petit-fils d'Ernst, plus connu sous le nom de Niki….

Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.

Même s'il n'en fait jamais état, Niki Lauda appartient à une famille authentiquement noble . Il a au contraire voulu s'en détacher, pour être, selon ses propres termes, "aussi peu Lauda que possible". Cependant, lorsqu'il voulut emprunter une forte somme pour commencer sa carrière de pilote, son nom, qui inspirait confiance, lui permit d'obtenir son financement sans grandes diffiiultés. A droite : Niki Lauda enfant avec son frère et ses parents.

L'Autriche vous intéresse ? Découvrez "Sissi et François-Joseph, mariage impérial à la Cour d'Autriche", beau livre illustré qui vous emmènera dans les coulisses des noces les plus célèbres de tous les temps.

Disponible sur Amazon, en librairie ou sur commande aux Editions de la couronne d'or contact@editioncouronnedor.com

Rédigé par Sophie Manno de Noto

Publié dans #Noblesse autrichienne

Publié le 9 Février 2015

Chaque année, en février, la ville italienne de Madonna di Campiglio (province de Trente) accueille une manifestation hors du commun : le carnaval habsbourgeois. Ce carnaval à ski commémore les deux visites que Sissi effectua avec son mari François-Jospeh à Madonna di Campiglio en 1889 et 1894.

l'arrivée du couple imépérial sous la neige

l'arrivée du couple imépérial sous la neige

Pendant une semaine, la petite station revit au rythme des fastes impériaux du 19e siècle.

La fête commence par l'arrivée du couple en calèche, qui remonte la route impériale pour arriver en haut des pistes. Près de 200 figurants, tous en costumes d'époque les accompagnent. Les uniformes des hussards cotoient les robes de cour des dames.

Le carnaval habsbourgeois : l'hommage de Madonna di Campiglio à Sissi
Le carnaval habsbourgeois : l'hommage de Madonna di Campiglio à Sissi

Pendant une semaine, promenades avec le couple impérial ou avec son fils l'Archiduc Rodolphe, retraite au flambeau, thé impérial se succèdent.

La fête ne serait pas complète sans un grand bal. Il a lieu dans le salon Hofer du grand Hotel, où le coule impérial a logé lors de ses séjours sur place.

Tout le monde peut participer, il suffit de louer un costume d'époque

Tout le monde peut participer, il suffit de louer un costume d'époque

Toast impérial

Toast impérial

Tout se termine par une valse...

Tout se termine par une valse...

Rédigé par Sophie Manno de Noto